Informer juste notre devoir !!!

Jour de vérité sur les nouveaux prix du sucre

0 9

La mesure de baisser le prix du sucre prise la semaine dernière par le Président de la république va pouvoir s’appliquer à partir de ce jeudi. L’annonce est faite par le vice-président de l’association des consommateurs du Sénégal, Momath Cissé. Il affirme que « l’applicabilité de cette mesure prise en conseil des ministres il y a quelques jours, ne pouvait pas être possible ». Pour Momath Cissé, « la structure des prix a été remise en cause », c’est qui explique, selon lui « le retard constaté sur l’effectivité de cette mesure concernant le sucre ».

Il reconnaît que la démarche n’a pas été bonne en amont de la mesure, car « le gouvernement n’avait pas pris en compte les paramètres liés à la manutention et au transport du sucre depuis l’usine de la CSS ».
Toutefois, le vice-président de l’ASCOSEN appelle les consommateurs à se rapprocher des services du ministère du commerce pour « dénoncer tout commerçant qui ne respecterait pas les nouveaux prix du sucre en vigueur ». Il fait savoir que désormais, la tonne de sucre est vendue à l’usine de la compagnie sucrière à 555 000 contre 570 000 francs Cfa. Pour M. Cissé, cette baisse de 15 000 francs Cfa apportée sur la tonne permettra à toute la chaîne de faire une marge bénéficiaire correcte.

Cette déclaration de Momath Cissé a fait réagir l’Unacois/Japoo, à notre demande.

Pour Ousmane Sy Ndiaye, « l’effectivité de l’annonce d’une mesure de baisse comme celle-ci, est du ressort exclusif du ministère du commerce et non du ressort d’une association de consommateurs ».
Pour le directeur exécutif de l’UNACOIS, « la déclaration de l’ASCOSEN confirme l’analyse de l‘UNACOIS selon laquelle il y avait « des soucis d’applicabilité » de l’arrêté sur la baisse des prix, notamment sur le sucre parce que, réitère M. Ndiaye « le prix indiqué au gros n’avait pas pris en compte les frais de manutention et de transport et que la CSS vendait à partir de Richard Toll la tonne de sucre à 570 000 francs Cfa et n’offrait aucune possibilité aux grossistes qui convoie son camion pour charger la marchandise et la ramener jusqu’à Dakar où il se retrouve avec un prix (à la tonne) supérieur à celui indiqué par le ministère du commerce ».

A ce niveau, les commerçants ont indiqué être en attente des « ajustements à cette situation que le ministère du commerce va apporter lors d’une réunion de restitution que les commerçants et industriels vont tenir ce jeudi avec les services du ministère … »

Selon Ousmane Sy Ndiaye, ni l’UNACOIS, ni les commerçants ne se sont jamais opposés à l’application effective de l’arrêté. Il précise qu’ils avaient « indiqué simplement qu’il y’a des obstacles et des contraintes qui font que les prix indiqués par l’état ne pouvaient pas être appliqués ».

Maintenant que les marges ont été redéfinies entre l’industriel, l’importateur, le grossiste et le détaillant, estime M. Ndiaye, « on peut espérer à ce que les nouveaux prix connaissent une effectivité ».

 

Source: Capvertinfos.sn

Leave A Reply

Your email address will not be published.