google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Tornades et cyclones : des spirales de violence

0 3

De l’air chaud aspiré par une dépression, des vents s’enroulant à plus de 200 km/h générant un vortex… Cyclones et tornades sont les plus intenses des phénomènes atmosphériques.

 

La tornade, tourbillon éphémère

 

Associées à des orages violents (dits supercellulaires, ou supercellules orageuses), les tornades sont des tourbillons de vents violents – jusqu’à 500 km/h – qui se forment sous les cumulonimbus, lorsqu’une couche d’air sec surmonte une couche d’air humide, avec une grande amplitude thermique.

Les tornades sont des phénomènes locaux, brefs et intenses. Leur diamètre au sol varie de 100 mètres à 2 kilomètres. Elles se déplacent à grande vitesse sur une trajectoire de plusieurs kilomètres, mais leur durée ne dépasse pas deux heures. Bien que susceptibles de se produire n’importe où, elles sont plus fréquentes en Australie et en Amérique du Nord, où l’air chaud du Mexique rencontre l’air froid des Rocheuses.

 

Crédit : Philippe Puiseux

Lire aussiTempêtes, orages : comment se forment-ils ?

Trombe ou tornade : ne pas confondre

Les trombes d’air (au-dessus du sol) ou les trombes marines (en mer) sont aussi des tourbillons de vents violents, mais elles se forment généralement sans orage, à l’inverse des tornades. L’intensité des vents est souvent moindre.

Crédit : Philippe Puiseux

Naissance d’un monstre, le cyclone

 

Événements météo des plus dévastateurs, les cyclones naissent dans les régions tropicales, entre 5 et 15° de latitude – là où la force de Coriolis, due à la rotation de la Terre, est suffisante pour déclencher un phénomène tourbillonnaire. Leur formation nécessite deux conditions : des eaux de surface chaudes (plus de 26°C) et une absence de vent.

Les cyclones se manifestent notamment de juin à novembre dans l’hémisphère nord et de novembre à mai dans l’hémisphère sud. Ils s’accompagnent de vents violents, d’une forte houle et d’un soulèvement du niveau de la mer entraînant des risques de raz-de-marée lorsqu’ils se rapprochent des côtes. Une fois sur terre, leur puissance s’affaiblit, l’océan n’apportant plus l’énergie thermique[…]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Leave A Reply

Your email address will not be published.