Informer juste notre devoir !!!

Plaidoyer pour la promotion du ‘’Consommer local’’

0 8

Le ‘’Consommer local’’ permet de valoriser la production locale par la transformation, booster l’agriculture et mettre à la disposition des Sénégalais une nourriture saine, a indiqué Amy Sarr Ndao, directrice de l’établissement Keur Yaye Aby Ndao (EKYAND) du quartier Bongré extension de Kaolack (centre).

i‘’Nos céréales, cultivées et consommées la même année ne développent aucun sucre lent. Nutritionnellement, c’est mieux, mais aussi et surtout, elles valorisent la production locale, permettent à nos agriculteurs de pouvoir écouler leurs productions et à la population de se nourrir sainement’’, a affirmé Mme Ndao dans un entretien avec l’APS.

Cheffe d’entreprise depuis maintenant seize ans, Madame Ndao également vacataire à l’Université du Sine-Saloum El Hadji Ibrahima Niass, est une actrice du développement et de la promotion du ‘’Consommer local’’ par la transformation de produits locaux.

Elle reste ‘’convaincue’’ que ‘’seule la valorisation de notre agriculture nous permettrait d’être autonome, surtout dans le contexte mondiale marqué par des crises économique et alimentaire.

Elle soutient qu’avec ce qui est produit au Sénégal, tous les repas, du petit-déjeuner, au déjeuner et au dîner, peuvent être faits à base de céréales et autres produits locaux, sans avoir besoin de faire recours à des produits importés.

‘’Je peux vous retenir une semaine durant dans mon atelier et vous nourrir uniquement avec des repas à base de nos produits locaux, mil, maïs, niébé et même du riz local. Même le pain incorporé à hauteur de 30% avec le blé fait partie de nos recettes’’, a-t-elle fait valoir.

Amy Sarr Ndao soutient qu’une ‘’volonté politique avérée’’ permettrait au Sénégal de faire des économies de plusieurs milliers de milliards de francs CFA, rien que dans la production et la transformation de produits locaux.

‘’Je travaille surtout dans la transformation de céréales locales pour la nutrition des enfants en âge de sevrage de six mois à deux ans, pour les femmes en âge de procréation ainsi que pour les personnes âgées. Bref, la nutrition de la population dans sa globalité’’, a-t-elle confié à l’APS.

D’ailleurs, Amy Sarr Ndao a pris part, récemment, pour la première fois, à la cinquième édition du festival ‘’AlimenTerre » lancée dans la capitale du Saloum, le 8 novembre dernier.

Elle y a présenté une de ses nombreuses recettes ‘’cent pour cent sénégalaises », à savoir le maïs au poulet, avec des crudités et autres ingrédients faits à base de produits locaux.

‘’Les céréales locales sont toujours disponibles dans ce pays. Nous les valorisons, mais, il faudrait qu’on nous permette de montrer à la population sénégalaise qu’il est bien possible de consommer ce que nous produisons et de produire ce que nous consommons’’, a insisté Mme Ndao.

‘’Il faut que dans les réunions du Conseil des ministres, séminaires organisés par l’Etat du Sénégal, entre autres activités ou services, qu’on favorise le +Consommer local+. Il faut que les autorités se l’approprient, ce qui permettrait à la population de comprendre que notre autosuffisance alimentaire et notre indépendance économique en dépendent’’, a-t-elle plaidé.

Amy Sarr Ndao a, cependant, déploré la cherté de la matière première qui, d’ailleurs, se fait rare, ‘’alors que +Consommer local+ rime avec accessibilité des produits avec un prix abordable pour la population ».

Plaidant pour la subvention des emballages, elle invite, toutefois, ceux qui font de la transformation et de céréales et autres produits locaux de ‘’bien veiller’’ au respect des normes ‘’pour le bien-être et la santé’’ des consommateurs.

Leave A Reply

Your email address will not be published.