Informer juste notre devoir !!!

DE KOLDA À DAKAR, LA SAISON DES EXILÉS FUYANT LA CHALEUR

0 9
La vague de chaleur qui s’est emparée du Sénégal a provoqué un exode d’un genre particulier de Kolda (sud) vers Dakar, la capitale, vers laquelle convergent de nombreuses personnes pour profiter des fraîcheurs du littoral sénégalais et mieux vivre les rigueurs du jeûne par exemple.
Un phénomène qui s’est amplifié ces dernières semaines, à mesure que le thermomètre continue de grimper, pour des températures dépassant régulièrement 20° le matin à Kolda et plus de 40° dans la journée.
Les personnes âgées surtout, en « saisonniers temporaires du climat », rejoignent en masse Dakar ou les lieux de villégiature de la petite côté sénégalaise pour profiter du climat généralement plus clément dans ces zones.
« Chaque année, depuis maintenant 5 ans, je préfère quitter Kolda pour aller faire le jeûne à Dakar. Vous savez, avec l’âge, observer le jeûne dans des conditions de forte chaleur, constitue un risque pour la santé, surtout pour des personnes comme moi’’, explique le vieux Ousmane Ba.
’’Dans mon cas, renchérit la vieille Raby, la soixantaine, ce sont les enfants qui m’envoient à Dakar pour y rester pendant le mois de ramadan, puisqu’à Kolda actuellement, contrairement aux années 70, il est très difficile pour une vielle personne de jeûner avec la chaleur qu’il fait’’.
La capitale sénégalaise n’est pas la seule destination privilégiée, certains font aussi le cap sur la Petite-Côte sénégalaise, comme Secou Bâ, ils ont l’habitude de passer le ramadan à Mbour.
Depuis trois ans maintenant, M. Bâ se fait inviter par sa fille établi à Mbour pour y passer la période du ramadan. Il ne revient à Kolda que pour la Korité, refusant de passer cette fête sans sa grande famille dans la capitale du Fouladou.
Il ne reste aux autres qu’à regretter cette situation, de nombreuses personnes jugeant ce changement regrettable et imputable principalement selon eux à l’action néfaste de l’homme qui a contribué disent-ils au réchauffement climatique.
« On se souvient que Kolda avait l’un des meilleurs climats du Sénégal. Il y avait des arbres partout même dans le centre-ville, il pleuvait 5 à 6 mois, les eaux du fleuve regorgeaient de nombreuses espèces aquatiques. Mais hélas, nous souffrons actuellement à Kolda à cause de la chaleur, et c’est pourquoi beaucoup préfèrent quitter pour faire le ramadan ailleurs », à Dakar, par exemple, justifie Ibou Dème.
Hady Diallo, un ancien nostalgique, se souvient : « Il y avait un bon climat à Kolda jusque vers les années 70 à 80, dans la ville il y avait de grands caïlcédrats et d’autres grands arbres et une pluie abondante pendant 6 mois ».
Il y avait aussi « un fleuve vivant (…), et cela jouer sur le climat, mais aujourd’hui, tout a été détruit par l’homme. Le fleuve est devenu un dépotoir d’ordures, des arbres sont abattus partout, et la conséquence, nous la vivons actuellement’’, déplore le vieux Hady.
A quelques heures de la célébration de la fête de l’Aïd-el-fitr ou Korité, un mouvement inverse est noté avec le retour au bercail des « saisonniers » qui ne voudraient pour rien au monde passer ailleurs la fête marquant la fin du ramadan. Sans doute le plus amusant dans cette affaire.
Il faut espérer pour eux que la chaleur qui règne toujours, avec une température dépassant régulièrement les 40 degrés, ne puisse pas leur réserver un retour et une réadaptation difficile, en attendant les premières pluies attendues vers juin pour les contenter.
Leave A Reply

Your email address will not be published.