google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Les ressources extractives à l’ordre du jour lors des prix Ragnée.

0 4

La douzième édition du prix ragnée était une opportunité pour discuter des problématiques liées à l’exploitation des ressources minières au Sénégal.

Lors de son allocution d’ouverture, le directeur exécutif de la Cosydep, Cheikh Mbow, qui s’est prononcé sur la question à l’occasion du thème portant sur « Ressources extractives, enjeu de génération », a estimé que les ressources extractives, bien exploitées, constituent des atouts certains pour les pays comme le nôtre même si les divergences d’intérêts ont tendance à occulter les impacts. « L’accès aux ressources minières et pétrolières est vital pour le bon fonctionnement de l’économie.

 

Les ressources minières et les hydrocarbures suscitent de grands espoirs quant à l’avenir du pays. Elles constituent des opportunités immenses d’emploi et d’industrialisation diversifiée, dynamique et compétitive du pays, mais aussi un important potentiel de lutte contre la pauvreté et les inégalités sociales. Les ressources extractives exigent des choix certes difficiles, mais nécessaires pour garantir les meilleurs mécanismes d’exploitation qui profitent à toutes les parties prenantes, à toutes les générations », a-t-il soutenu, persistant que les décideurs devront, de manière inclusive, cerner les multiples enjeux, les défis et les exigences d’une répartition équitable d’autant que la constitution sénégalaise attribue ces ressources au peuple.

 

Selon toujours son argumentaire, pour tirer le maximum de profit des ressources extractives et en faire un véritable enjeu de génération, le Sénégal doit impérativement relever certains défis parmi lesquels.

-Veiller strictement au respect des droits humains et aux questions relatives au travail des femmes et des enfants

-Maîtriser les effets environnementaux et sociaux néfastes de l’exploitation minière

-Garantir une répartition correcte et équitable des retombées en vue de réduire les risques d’exacerbation de la pauvreté et des inégalités sociales

-Contraindre, les sociétés minières à mieux contribuer à des objectifs de développement plus généraux et plus durables

-Veiller à répartir équitablement les retombées dans le pays, entre les générations présentes et celles futures

-Soutenir les sources classiques de financement des objectifs d’éducation, de formation et de protection sociale des enfants auxquels le pays a souscrit.

 

« Faire des ressources extractives un enjeu de générations, c’est faire en sorte que toutes les générations en profitent. Il est inacceptable pour la rentabilité que les communautés dont les terroirs abritent ces ressources vivent sans des services de base tels que l’approvisionnement en eau, les soins de santé, l’électricité et l’assainissement », a conclu l’enseignant en formation devant une trentaine de lauréats et leurs proches.

 

                         

               

Leave A Reply

Your email address will not be published.