Informer juste notre devoir !!!

Le SYMAD EST À L’HEURE DE LA FORMALISATION

0 9

Les marchands ambulants peinent toujours à bénéficier des financements de la DER. Et pourtant pus de 300 d’entre eux ont pu bénéficié d’une formation en marketing et gestion des finances. Ces travailleurs du secteur informel ont reçu, ce jeudi, leur attestation de fin de formation en marge de l’assemblée générale de la Synergie des marchands dits ambulants pour le développement. Une occasion saisie par le SG de la Symad, Adama Sow pour dénoncer l’attitude de la DER qui tarde toujours à financer leurs projets.

« Les marchands ambulants ont été formés en marketing et en gestion des finances. Au niveau de la Symad ils sont au nombre de 43 marchands ambulants mais il y a aussi d’autres associations. Au total plus de 300 marchands ambulants ont pu être formés et repartis dans toutes les associations de marchands ambulants. Sous l’égide de l’État par le biais du 3FPT, il était prévu des formations suivies de financements de DER. Ainsi après enquête, nous avons vu que beaucoup de marchants ambulants voulaient continuer sur leur métier. Cette formation a été initiée en marketing et en gestion des finances. D’une durée de deux mois, la formation est sanctionnée par des diplômes et des attestations de fin de formation » a déclaré Adama Sow, secrétaire général synergie des marchands dits ambulants pour le développement.

« Nous interpellons la DER car elle n’a pas toujours réagi. Dans le programme il était prévu de faire des projets et des donner des financements » dixit t-il.

Sur un autre registre, nous interpellons le Chef de l’État Macky Sall sur la non implication du ministre en charge du secteur informel notamment Pape Amadou Ndiaye qui a laissé en rade le secteur informel au profit de l’artisanat. Il faut plus de considération aux acteurs du secteur informel particulièrement les marchands ambulants qui constituent la majorité des travailleurs de l’économie informel.

Les marchands ambulants ne sont pas aussi épargnés par la cherté de la vie.

« Nous avons beaucoup de chantiers, nous interpellons le Chef de l’État sur la cherté de la vie. Il y a eu des augmentations de salaires presque dans tous les secteurs mais la frange la plus importante des travailleurs nous n’avons pas reçu de subventions et dans de pareils situations nous ne sommes pas pris en compte. Nous voulons que l’État apporte des changements car le marchand ambulant est un soutien de famille » affirme Mr Sow.

ASSANE Diop

Leave A Reply

Your email address will not be published.