Informer juste notre devoir !!!

Le meurtre d’un enseignant, l’appel à manifester de Yewwi et d’autres sujets à la Une

0 5

La colère des enseignants après la mort d’un des leurs dans la région de Kaolack et l’appel à manifester lancé par la coalition Yewwi askan wi sont, entre autres sujets, abordés par les quotidiens reçus à l’APS, jeudi.

Vox Populi se fait écho du ‘’ras-le-bol du monde enseignant’’ après le meurtre de Bassirou Mbaye à Ndiaffate. Selon le journal, ‘’des manifestations et des grèves totales seront organisées sur toute l’étendue du territoire’’.


Le G7, constitué des sept principaux syndicats d’enseignants du Sénégal, a déclaré vouloir observer une grève de vingt-quatre heures prévue ce jeudi, en guise de protestation contre le « meurtre » de l’instituteur Bassirou Mbaye.


M. Mbaye a succombé à ses blessures à l’hôpital universitaire de Fann, à Dakar. Il avait été admis dans cet établissement de santé à la suite de coups reçus, dans la commune de Ndiaffate, près de Kaolack.


‘’Le meurtrier présumé de l’enseignant Bassirou Mbaye a été arrêté hier. Les enseignants de la région de Kaolack ont improvisé, ce mercredi, une marche pacifique à Ndiaffate, pour dénoncer le meurtre de leur collègue, Bassirou Mbaye. Ils exigent que justice soit faite pour leur camarade et annoncent une grève générale de trois jours’’, rapporte le quotidien Bës Bi.


‘’Alors que l’on n’a pas fini de s’émouvoir de la mort d’un enseignant à Ndiaffate, après avoir été battu par un jeune, un autre est l’objet de menaces de mort de la part d’un élève. Et ça se passe au lycée Limamoulaye de Guédiawaye. Les enseignants de l’établissement sont d’ailleurs très remontés par l’attitude de cet élève qui, accompagné de sa mère, est venu menacer de mort un professeur de SVT qui était en classe en train de faire son cours (…)’’, lit-on encore dans le journal.

Après le rassemblement de la société civile contre ‘’la mauvaise gestion des deniers publics, la régression de la démocratie sénégalaise, la vie chère’’, Sud Quotidien souligne que la coalition de l’opposition Yewwi askan wi ‘’prend le relai’’.


Yewwi ‘’durcit le ton contre le régime en place. Quelques jours après son concert de casseroles (…), cette principale force de l’opposition’’ a prévu d’organiser, vendredi, ‘’un rassemblement populaire’’ à la Place de la Nation, à Dakar, et dans d’autres endroits du pays, rapporte Sud.


Selon L’As, ‘’Yewwi askan wi lance la contre-offensive contre le régime’’. ‘’Khalifa Sall et ses camarades appellent à une forte mobilisation, le 06 janvier, au Sénégal et au niveau international pour exiger le départ du président Macky Sall’’ en 2024, écrit le journal.


‘’La conférence des leaders de Yewwi sonne la réplique contre +les dérives et excès+ du pouvoir en axant le combat sur la libération des détenus politiques mais aussi pour évacuer définitement une probable troisième candidature’’ de Macky Sall, selon le quotidien Kritik.


‘’Yewwi bande les muscles et appelle à une large mobilisation’’, dit WalfQuotidien.


Le même journal note qu’’après les informations relayées dans la presse, mercredi’’ au sujet d’un rapport de l’IGE épinglant la gestion de Aminata Touré, à la présidence du Conseil économique, social et environnemental (CESE), cette dernière a dénoncé ‘’une information totalement fausse ayant pour seul but de porter atteinte à (son) honorabilité et par la même occasion créer un contre-feu à la gestion scandaleuse des 1 000 milliards des Fonds Covid’’.


En dénonçant ‘’une fausse information’’, Le Quotidien estime que Mimi Touré ‘’fait dans le déni’’. ‘’L’ancienne Première ministre souhaite une audition publique des trois présidents du CESE que Macky Sall a eu à nommer. Elle pense pouvoir ainsi être en mesure de prouver sa bonne gestion. Elle en profite pour passer sous silence les accusations de l’IGE’’, écrit la publication.


L’Observateur explique ‘’comment les régimes utilisent les rapports d’un prestigieux corps de contrôle, l’IGE, à des fins politiques’’. ‘’Après Idrissa Seck et Khalifa Sall, Mimi Touré en route vers l’échafaud’’, dit L’Obs qui affiche à la Une ‘’Audits et règlements de comptes, instrument de guerre contre les ex-alliés’’.

Dans sa livraison du jour, Le Soleil met en exergue ‘’les instructions de Macky Sall au gouvernement’’ concernant les programmes et projets exécutés ou en cours.


Le président de la République, Macky Sall, a donné mercredi au Premier ministre, Amadou Ba, des instructions en vue de l’élaboration, par le gouvernement, d’un plan d’action pour l’année 2023, indique le communiqué du Conseil des ministres.


Il lui a demandé, « sur la base des orientations et des évaluations des programmes et projets exécutés ou en cours, de proposer, un plan d’action du Gouvernement sur l’année 2023 qui sera examiné et validé en Conseil des ministres », souligne le texte ayant sanctionné cette réunion hebdomadaire.

Leave A Reply

Your email address will not be published.