google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Gouvernement de Bassirou Diomaye Faye, les choses se précisent

0 140

Passée l’euphorie de la victoire présidentielle, arrive maintenant l’heure de se mettre au travail. Pour ce faire, l’un des premiers actes reste sans nul doute la formation du tout premier gouvernement sous l’ère du Président Bassirou Diomaye Faye.

 

Et pour le moment tout ce qu’on sait de la mise en place de ce très attendu attelage gouvernemental, c’est la date annoncée, le 5 avril plus précisément. Les futurs ministres qui vont former le premier gouvernement de la troisième alternance politique du Sénégal sont attendus sur beaucoup de priorités. La relance de l’économie, la souveraineté alimentaire et la chèreté galopante de la vie sont autant de chantiers qui attendent le futur gouvernement.

Dans les coulisses du parti Pastef, formation politique du président élu, l’on annonce que « le gouvernement sera majoritairement composé de technocrates, donc pas nécessairement des personnalités politiques de premier plan ». Il est même attendu dans ce gouvernement « des membres sans engagement politique ainsi que des personnes venues de la Diaspora». Conformément à une tradition politique bien sénégalaise, le nouveau président pourrait être entouré des membres de la coalition qui l’a porté au pinacle.

À noter que la coalition Diomaye Président compte une centaine de partis et mouvements politiques dont les figures les plus connues sont l’ancienne Première misnistre Aminata Touré, l’enseignant-syndicaliste Dame Mbodj, l’ancien ministre Moustapha Guirassy entre autres.

Pour le moment l’une des grandes équations reste la place réservée à Ousmane Sonko. Beaucoup d’options sont possibles laissent croire des échos en provenance du Pastef. Ce dernier peut occuper une place gouvernementale ou jouer un rôle de conseiller spécial du Président. L’option que le leader du parti Pastef occupe la présidence de l’assemblée nationale n’est cependant pas écartée, mais pour cela il va falloir attendre le mois de juillet pour que le président élu puisse dissoudre le parlement et organiser dans la foulée de nouvelles élections législatives.

Leave A Reply

Your email address will not be published.