Informer juste notre devoir !!!

Tribunal d’Instance : Le lutteur Mamadou Diallo alias Kara Doolé, cité dans une tentative de vol dans une station Total.

0 69

Il ressort clairement des débats d’audience que le mis en cause avait loué les services du lutteur Mamadou Diallo alias Kara Doolé pour accomplir son deal. En effet, le prévenu avait préparé un plan infaillible pour piéger un des pompistes de la station d’essence de Total qui se trouve vers le croisement Cambérène.

Interrogé comme témoin dans cette affaire, le lutteur de l’écurie de Fass affirme que le mis en cause s’est déplacé jusque chez lui pour lui expliquer le plan afin qu’il lui apporte son aide et son assistance. « Il m’a demandé d’adhérer à son plan qui consistait à agresser un de ses collègues, pompistes nommés Modou Faye qui travaillait dans la station Total.

À l’en croire, celui-ci gardait de fortes sommes d’argent dans un comptoir dont il était détenteur des clés. Il se trouvait que le sieur Modou Faye rentrait chaque nuit à Guédiawaye avec les clés. « Il voulait que j’agresse le pompiste pour m’emparer des clés. Il m’avait promis  2.000.000 de francs une fois que le coup réussi. Mais, à peine a-t-il quitté ma maison que j’ai hélé un taxi pour aller le dénoncer », narre le témoin.

Il poursuit : « quand j’ai raconté le plan à Modou Faye, celui-ci ne m’a pas cru, ainsi, j’ai appelé le prévenu devant lui en présence de deux témoins. Cela étant, ils sont allés porter plainte le lendemain auprès de la brigade de recherche. Quand j’ai été convoqué par la police, Mouhamadou Moustapha Diaw m’a appelé alors que j’étais en face des enquêteurs. Devant ces derniers qui l’enregistraient, il m’a demandé de ne plus parler ouvertement du deal. C’est en ce moment qu’il m’a demandé d’utiliser un langage codé. Par exemple, pour lui demander le jour où j’irais agresser le gars, je devais dire : « kagn lagnouy ziaré dji Serigne bii ». Par la suite, il m’a proposé d’observer une pause afin qu’on prépare à nouveau le deal ». C’est entre-temps qu’il a été cueilli. Entendu par les enquêteurs, le prévenu a avoué avoir voulu faire cela parce qu’il était confronté à des problèmes.

À son tour, le prévenu Mouhamadou Moustapha Diaw avoue avoir orchestré le plan, mais c’était pour soigner sa mère malade.

Selon l’avocat de la partie civile, le commencement d’exécution est constant et l’entreprise délictuelle a été déjà ficelée. Ainsi, il sollicite du tribunal l’allocation du franc symbolique. Pour sa part, le ministère public s’en rapporte à la sagesse du tribunal. La défense estime qu’il n’y a pas d’acte matériel posé. Selon elle, à ce stade la tentative de vol n’est pas punissable et la partie civile sait pertinemment qu’il n’y a pas d’infraction visée. Suffisant pour elle, de demander la relaxe de son client.

Délibéré au 19 novembre prochain.

Leave A Reply

Your email address will not be published.