google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

REVUE DE PRESSE : Les actes de profanation d’une tombe à Kaolack préoccupent les quotidiens

0 7

Les quotidiens se sont préoccupés de l’attitude des personnes ayant exhumé et incendié le corps d’un présumé homosexuel enterré dans un cimetière de la ville de Kaolack (centre).

Le procureur du tribunal de grande instance de Kaolack a annoncé l’ouverture d’une enquête, dans le but d’identifier et de poursuivre en justice les auteurs de ces faits survenus au quartier Léona Niassène.

‘’La tolérance brûlée’’, titre Bés Bi Le Jour, qui demande à un imam ce qu’en dit l’islam.

‘’Même s’il est considéré par le public comme un homosexuel’’, a dit le guide religieux, ‘’le musulman a toujours le droit d’être enterré dignement dans un cimetière, bien qu’il soit déconseillé à l’imam officiel de diriger la prière mortuaire’’.

L’info est abasourdi par le fait divers. ‘’Du jamais vu au Sénégal !’’ s’exclame-t-il.

‘’Comble de barbarie !’’ s’indigne EnQuête, ajoutant qu’‘’il est clair que les choses ne vont pas en rester là’’, dans la mesure où le procureur de la République a annoncé l’ouverture d’une enquête.

Selon Libération, le lieu de résidence du défunt a été incendié par les membres d’un ‘’dahira’’ (association de fidèles) qui ont empêché son inhumation à Touba (centre), où ses proches ont cherché à l’enterrer avant de ramener le corps à Kaolack.

‘’Les individus qui ont exhumé et brûlé le corps d’une personne qu’ils considèrent comme un homosexuel seront identifiés et punis pour cet acte barbare’’, jure Le Quotidien sur la foi de la décision annoncée par le procureur de Kaolack.

Le même journal s’inquiète de l’attitude des autorités du pays devant des faits pareils. ‘’Qu’est-ce qui arrive à ce pays ?’’ se demande-t-il, ajoutant que ‘’les autorités de l’État ont fini de faire montre de leur frilosité sur des questions de ce genre’’.

Il déplore ‘’l’ouverture de boîtes de Pandore dont les déflagrations risquent d’être fatales à notre communauté’’.

‘’Nous assistons de plus en plus à une sorte de justice privée qui tranche avec la justice de la République’’, s’inquiète Sud Quotidien.

‘’Coût de la vie en Afrique : le Sénégal en tête’’

Le Soleil s’est surtout intéressé à l’inauguration de l’avenue Macky-Sall, dimanche, à Dakar.

L’ex-avenue Faidherbe, du nom d’un célèbre administrateur colonial français, porte désormais le nom du chef de l’État, lequel a présidé la cérémonie au cours de laquelle son nom a été donné à cette artère de la capitale sénégalaise.

C’était l’‘’occasion pour le chef de l’État de saluer cette marque d’estime du conseil municipal de Dakar-Plateau’’, note Le Soleil.

Le taux d’abstention risque d’être très élevé à l’élection présidentielle du 25 février, ‘’beaucoup de Sénégalais se désintéress[ant] aujourd’hui de la politique à cause du dysfonctionnement du système de gouvernance actuelle’’, prévient Sud Quotidien en citant un enseignant-chercheur.

‘’L’Université perd ses facultés’’, titre WalfQuotidien, concernant la fermeture des campus universitaires.

En guise de protestation contre la fermeture des universités, le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur appelle ses militants à observer ‘’un arrêt immédiat des cours en ligne dans toutes les universités publiques construites sur le modèle de l’enseignement présentiel et fermées pour des motifs politiques’’, lit-on dans le même journal.

‘’Coût de la vie en Afrique : le Sénégal en tête’’, titre L’Observateur sur la base de données publiées par le Business Insider, un média américain.

Au même moment, la pêche, l’une des mamelles de l’économie sénégalaise, est confrontée à un ‘’effondrement’’, selon le même journal.

Leave A Reply

Your email address will not be published.