google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Les sujets politiques toujours aussi dominants

0 9

L’actualité politique s’impose dans toute sa variété aux quotidiens parvenus lundi à l’APS, avec comme fil conducteur les perspectives de la présidentielle 2024.

Plusieurs journaux reviennent sur le meeting organisé ce week-end par la coalition au pouvoir à Kaolack (centre), rassemblement au cours duquel les différents responsables de Benno Bokk Yaakaar (BBY) ont réaffirmé leur intention de faire du chef de l’Etat sortant leur candidat à la prochaine présidentielle.

Au cours de ce « meeting de rassemblement et de réconciliation », le Premier ministre Amadou Ba « a invité les Kaolackois à se mobiliser pour offrir un second quinquennat au président [Macky Sall] », rapporte le quotidien Enquête.

Le chef du gouvernement en a profité pour demander « au président Macky Sall de déclarer sa candidature afin de […] permettre [à ses soutiens] de lancer rapidement la campagne électorale de la majorité à la présidentielle de 2024 », souligne le journal Le Quotidien.

Plusieurs autres journaux sont revenus sur ce meeting, à l’image du quotidien L’Evidence, lequel reprend à sa une le message politique que le camp de la majorité tient à faire passer : « Macky est notre candidat en 2024 ».

Il leur faut d’autant plus marteler ce message que la question de voir le président Sall faire acte de candidature fait débat, la position de ses adversaires étant de dire le président sortant  ne peut solliciter à nouveau le suffrage de ses compatriotes, au regard des dispositions de la Constitution. Un argument battu en brèche par ses soutiens.

En filigrane, cette question est à l’origine de la crispation politique notée ces derniers mois au Sénégal. « Atmosphère toxique », affiche à ce sujet Bès Bi Le jour, en parlant de cette situation de tensions récurrentes qui a conduit aux des actes de violence le 16 mars dernier.

Tribune signale à ce sujet que « 400 casseurs et manifestants [ont été ] arrêtés », suite à ces actes de violence nés de manifestations en lien avec le procès pour diffamation intenté par le ministre du Tourisme contre l’opposant Ousmane Sonko, leader du parti Pastef – Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité.

« Après les manifestations du 16 mars dernier qui ont occasionné des morts, des incendies de bus […] et de magasins, c’est le temps des arrestations qui se poursuivent, à l’aide des caméras de surveillance installées dans les artères de Dakar », note Tribune.

Le leader de Pastef, en ce qui le concerne, est alité après avoir été aspergé d’un gaz « très toxique », indique le quotidien Yoor-Yoor. « De plus en plus, ajoute ce journal, les nouvelles deviennent alarmantes au point que la superstructure de Pastef pense qu’il urge de l’évacuer dans un pays étranger et le faire soigner […] ».

Mais là où ce quotidien juge que Ousmane Sonko est « esseulé dans son combat », l’activiste des droits de l’Homme Alioune Tine se manifeste à la une de Sud Quotidien pour conforter la position du parti de l’opposant qui demande l’évacuation sanitaire de son leader.

« C’est une question de bon sens mais également pour des raisons humanitaires. On rassure, on apaise », argumente Alioune Tine, pendant que L’Observateur semble dire que l’option de l’évacuation sanitaire n’est pas gagnée, compte tenu des « obstacles juridiques » liés à cette opération.

Contrairement à ce que suggère sa manchette (« Accalmie sur fond de manœuvres »), Vox Populi n’est pas plus optimiste que cela, qui souligne : « Sonko s’emmure dans un silence stratégique [tandis que] Macky Sall s’affiche ».

« Après les violentes manifestations [du 16 mars dernier], des observateurs s’attendaient à ce que la tension aille crescendo avec la radicalisation des partisans et soutiens d’Ousmane Sonko qui joue son avenir politique dans deux dossiers judiciaires [..] », avance le journal.

Il cite le procès en diffamation intenté contre le leader de Pastef par le ministre du Tourisme et les accusations de « viols répétés » dont il fait l’objet de la part d’une masseuse.

Or, ajoute Vox Populi, « c’est une accalmie qui est notée depuis lors. Une accalmie plus que stratégique, sur fond de manœuvres politiques, en attendant l’inévitable affrontement final dans le Mortal Kombat qui oppose le président Macky Sall à son plus irréductible opposant, Ousmane Sonko ».

Un autre opposant, Bougane Guèye Dany, fait la une du quotidien L’Info, après l’annulation de son meeting d’investiture. Il voit dans cette annulation la main « des plus hautes autorités de l’Etat […] ».

Le Soleil parle de la stratégie de souveraineté alimentaire du Sénégal dans son édition du jour. « Plus de 1000 milliards de FCFA pour la vallée [du fleuve Sénégal », affiche le journal

Leave A Reply

Your email address will not be published.