Informer juste notre devoir !!!

LES REMOUS LIÉS AUX INVESTITURES POUR LES LOCALES EN EXERGUE

0 11
La presse quotidienne continue d’épiloguer sur les investitures pour les prochaines élections locales à l’origine de remous dans les grandes coalitions engagées dans ces joutes prévues le 23 janvier 2022.
Vox Populi s’intéresse aux nombreuses frondes notées au sein de la mouvance présidentielle, Benno Bokk Yaakaar (BBY). ‘’Macky et l’épidémie des listes parallèles dans BBY’’, titre le journal. Il relève que ‘’Dahra Djoloff, Mboula, Keur Madiabel, Touba, Dieuppeul-Derklé viennent s’ajouter à la longue liste des rébellions’’ au sein de la coalition présidentielle.
WalfQuotidien se demande si le leader de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir), Macky Sall, ne serait pas derrière ces listes parallèles au sein de Benno. Le quotidien du Groupe Walfadjri observe que ‘’les choix’’ du président Sall en perspective des élections locales et territoriales prévues le 23 janvier 20222 ’’sont vivement contestés’’. Il explique que ‘’certains de ses partisans ont carrément sonné la révolte en initiant des listes parallèles’’.
Le journal indique à ce sujet que le Parti socialiste (PS), un des plus grands alliés de l’APR, a décidé de donner carte blanche à ses frondeurs.
Les Echos constatent eux aussi que ‘’les rébellions s’accentuent à Benno Bokk Yaakaar’’. Le journal explique que ‘’dans plusieurs localités, les décisions du Président Sall sont décriées et certains responsables vont même jusqu’à présenter des listes parallèles’’, comme à Fatick, Mbacké, Sindia…
Les Echos signalent également que c’est le ‘’désaccord total à Thiès et Saint-Louis’’ dans le cadre des investitures à Yewwi Askan Wi, la coalition de l’opposition formée autour de Khalifa Sall et d’Ousmane Sonko.
L’Observateur s’intéresse elle aussi à la situation à Yewwi Askan Wi, dont le coordonnateur de la conférence des leaders, Khalifa Sall, a choisi de ‘’laver le linge en famille’’.
Selon le journal, ‘’jusque tard dans la nuit d’hier, le leader de Taxawu Dakar, Khalifa Ababacar Sall, n’avait pas encore désigné officiellement le candidat de sa coalition pour la mairie de Dakar. Aux commandes, au siège de Malick Gakou à Yoff Virage, le coordonnateur de la conférence des leaders de Yewwi a, tout le moins, travaillé à stabiliser les listes des communes’’.
Le Quotidien revient sur les affrontements qui ont opposé dimanche, à Ziguinchor, les partisans de Doudou Kâ à ceux d’Ousmane Sonko. ‘’Et cette fois-ci c’est à l’aéroport que les deux camps ont remis ça avec quelques blessés graves’’, précise le journal.
D’après le même journal, le leader de Pastef-Les Patriotes a ‘’confirmé sa candidature à la mairie de Ziguinchor sous la bannière de Yewwi askan wi’’. Il explique qu’il ‘’entend battre campagne partout et veut faire de la capitale du Sud un +tremplin+ pour succéder à Macky Sall en 2024’’.
‘’Le leader du Pastef a mis fin au suspens lié à sa candidature ou non à la mairie de Ziguinchor’’, relève à son tour L’As.
Sud Quotidien considère les prochaines locales comme un « test présidentiel’’. Selon le journal, ‘’le président Macky Sall se prépare à la conservation du pouvoir en 2024 pour lui ou son dauphin qu’il protège intelligemment. Quant à Khalifa Sall et autres Karim Wade, ils devraient jeter leur va-tout sur les prochaines législatives en espérant imposer une cohabitation, seul gage pour leur amnistie.
Sinon, ce sera Ousmane Sonko l’autre adversaire à abattre’’.
Sur un tout autre plan, Le Soleil annonce que le Centre national d’oncologie (CNO) ‘’sera réceptionné en 2023’’. Ce centre, dont la première pierre a été posée samedi, à Diamniadio, sera construit sur 3 hectares pour un coût de 55 milliards de francs CFA, précise le quotidien national.
Leave A Reply

Your email address will not be published.