google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Les quotidiens mettent en exergue les sujets politiques

0 7

Les quotidiens se sont beaucoup intéressés aux sujets politiques pour leur livraison de ce mercredi.

 

« Voir des responsables politiques qui arment des nervis ou financent l’agitation […] pose problème. Il y a l’urgence de dialoguer », note Vox Populi en citant l’avocat et militant des droits de l’homme Amadou Aly Kane.

M. Kane parle des affrontements entre militants de l’opposition et forces de l’ordre, à cause desquels « des députés français s’inquiètent de l’attitude de Macky Sall », écrit WalfQuotidien, ajoutant que « la troisième candidature ne passe pas à l’étranger ».

« Après le département d’Etat, deux députés français affirment que la France doit œuvrer, dans un cadre multilatéral incluant les instances africaines, à garantir des élections crédibles, c’est-à-dire sans la présence de Macky Sall », affirme le même journal.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire français L’Express, le président sénégalais a donné une interprétation de la Constitution favorable à sa candidature à l’élection présidentielle du 25 février 2024.

« L’incertitude d’un troisième mandat du président de la République, les nombreuses morts des manifestations de l’opposition, les arrestations massives, la corruption, l’instrumentalisation de la justice… Autant de plaies qui gangrènent notre démocratie et inquiètent les amis du Sénégal », observe Le Témoin Quotidien.

Sud Quotidien rapporte que « dans son rapport 2022 sur les droits humains rendu public lundi 20 mars, le département d’Etat américain peint un tableau sombre du respect des droits [de l’homme] au Sénégal ».

Kritik’ signale que « les enjeux sont énormes autour du mandat polémique », celui que Macky Sall pourrait être emmené à briguer en 2024.

« Exit les retombées économiques et financières [convoitées] par le pouvoir en place, l’enjeu dépasse la personne du chef de l’Etat », poursuit-il.

Le même journal estime que c’est la raison pour laquelle « tout un [groupe] au sommet du pouvoir valide cette option […] de briguer un mandat supplémentaire pour le chef de l’Etat sortant ».

« Maintenant qu’il est clairement établi […] que Macky Sall est candidat à sa succession, l’opposition va-t-elle s’unir contre lui ? » se demande Tribune.

Le journal fait remarquer que « si tout le monde est d’accord que l’entente est le meilleur moyen pour l’opposition de faire face au camp du pouvoir, des obstacles [à l’unité de ses leaders] ne manquent pas ».

Plusieurs journaux annoncent l’arrestation du médecin Babacar Niang, présenté comme le propriétaire de la clinique où est interné l’opposant Ousmane Sonko, à la suite des incidents survenus à la dernière audience du procès en diffamation que lui a intenté le ministre du Tourisme et des Loisirs, Mame Mbaye Niang.

« Le PSE est une réussite »

« Le docteur Ousmane Cissé, qui se dit médecin d’Ousmane Sonko, a été convoqué et auditionné par les policiers de la sûreté urbaine de Dakar », lit-on dans L’Observateur, selon lequel Babacar Niang est accusé de « négligence » après la mort d’un patient proche du maire de La Médina, Bamba Fall.

Le Quotidien affirme qu' »aucun des membres du personnel traitant de Suma Assistance n’a pu attester l’état de santé d’Ousmane Sonko durant toute la durée de son séjour » en clinique.

Après les affrontements entre militants de l’opposition et forces de l’ordre, le 16 mars dernier, « les arrestations et les informations judiciaires s’enchaînent », note Libération.

« Un ordre d’arrestation visant le maire de Keur Massar Sud [a été] transmis aux gendarmes », annonce-t-il, ajoutant que « le doyen des juges du tribunal de Pikine-Guédiawaye a délivré 12 mandats de dépôt et neuf contrôles judiciaires ».

« A Dakar, poursuit Libération, 247 personnes interpellées en marge des manifestations [sont] visées par des informations judiciaires. »

Bés Bi Le Jour annonce la libération de « la plupart » des militants d’Ousmane Sonko arrêtés dans le sud du pays. « A Oussouye et Ziguinchor, tous les prévenus ont été relaxés », annonce-t-il.

« Benno Bokk Yaakaar veut traîner Ousmane Sonko en justice. Les partisans du président Macky Sall accusent le leader de Pastef et de l’opposition d’avoir […] mené des activités à caractère insurrectionnel », rapporte L’info.

EnQuête note que « la coalition au pouvoir veut intenter une action judiciaire contre Sonko et compagnie pour les deux morts enregistrés lors des manifestations ».

Le Soleil s’est intéressé aux résultats du Plan Sénégal émergent (PSE) en 2022. « Le PSE est une réussite », écrit-il en citant le directeur du Bureau opérationnel de suivi du PSE, El Ousseyni Kane.

L’As évoque le parcours de l’astronaute sénégalais Maram Kaïré, à l’occasion de la présentation d’un film consacré au scientifique de renom. « Maram Kaïré est convaincu que la révolution spatiale est une énorme chance de développement du Sénégal », écrit-il.

Leave A Reply

Your email address will not be published.