Informer juste notre devoir !!!

L’école à nouveau menacée

0 20

Œil pour œil dent pour dent c’est la méthode que semblent adopter le gouvernement et les syndicats des enseignants qui viennent à peine d’enterrer la hache de guerre.

Cette situation est née suite aux négociations qui ont mis fin aux grèves répétées des enseignants depuis pratiquement le début de l’année scolaire.

A la suite des accords entre le gouvernement et les syndicats, il y a à peine quelques semaines, voilà une nouvelle donne qui pourrait perturber le déroulement du reste de l’année scolaire et les perspectives de rattrapage.

Les deux derniers mois, les autorités gouvernementales ont appliqué des retenues de salaire à l’endroit des enseignants grévistes. Une situation qui n’a pas plu aux leaders syndicaux. Pour rendre le coup, les syndicalistes ont rejeté « toute idée de cours de rattrapage ».

Ils pensent aussi que l’état « tarde à réagir sur les questions relatives au DMC et aux décisionnaires ».
Le secrétaire général national du SELS/Authentique qui prenait part ce mardi à une séance de partage des conclusions de la rencontre internationale du travail organisée par le haut conseil du dialogue social, se désole de l’attitude du gouvernement.

Pour Abdou Faty membre du G7, les responsables qu’ils sont, ont « une claire conscience des textes qui organisent la fonction publique ».

Il est « d’accord » sur le principe de ne pas rémunérer un travail qui n’a pas été fait. Il avance « qu’il est de tradition que les parties s’accordent à enterrer la hache de guerre quand il y a apaisement », comme c’est le cas depuis quelques séminaires.

Les syndicalistes affirment prendre acte de « l’inélégance » du gouvernement qui, selon eux, devait avoir une démarche différente.

Cependant, Abdou Faty prend l’opinion à témoin sur la probable question des cours supplémentaires suite à de sérieuses perturbations constatées sur le quantum horaire qui a été grugé de plus de 300 heures. Les enseignants n’entendent pas coopérer avec l’état pour le rattrapage de ces heures, « chacun prendra ses responsabilités », menace le secrétaire général national du syndicat libre des enseignants du Sénégal.

Source: Capvertinfos.sn

Leave A Reply

Your email address will not be published.