Informer juste notre devoir !!!

L’association sénégalaise de santé communautaire sur l’alerte et la prévention a démarré ses activités

0 9

L’association sénégalaise de santé communautaire sur l’alerte et la prévention a lancé officiellement ses activités de démarrage. A cet effet, le nouveau département de Keur Massar a été choisi.

Au collège Keur Massar village, les responsables de cette association ont choisi d’œuvrer dans un registre large et qui concerne la santé de la reproduction globalement et l’hygiène menstruelle en particulier chez les élèves.

C’est dans une grande de classe pleine comme un œuf que les élèves du CEM de Keur Massar village ont réservé un accueil chaleureux aux responsables de l’association.

Au menu, une distribution à grande échelle de serviettes hygiéniques pour « atténuer la souffrance de certaines filles de la localité » qui fréquentent cet établissement scolaire.

Au terme de la séance de distribution marquée par des échanges entre la présidente de l’association qui est par ailleurs technicienne en santé communautaire et les élèves qui ont massivement répondu, Mme Seck née Ndèye Yandé Gningue a fait un focus sur la santé communautaire qui est « par et pour les populations ».

Pour elle, il est important de jouer leur partition sur « le comportement des communautés à travers des approches innovantes de cette nature ».

Selon Mme Seck, l’association qu’elle dirige a pour sacerdoce d’œuvrer pour « une meilleure santé des communautés ». En sa qualité de technicienne en santé communautaire, elle a fait le constat selon lequel « certaines populations souffrent du fait qu’elles n’ont toujours pas bien appréhendé la problématique liée à la santé de la reproduction ». Une problématique qui est souvent « source d’abandon scolaire chez les filles ».

Pour réussir sa mission, l’association sénégalaise de santé communautaire sur l’alerte et la prévention compte sur « le concours des autorités de tout bord et des partenaires » pour mener à bien ses activités sur l’étendue du territoire au grand bénéfice des communautés.

Cet appelle que les responsables de l’association veulent inclusif trouve déjà du répondant chez les élèves du CEM de Keur Massar village qui ont trouvé « un grand bonheur » à répondre à l’invite de l’association.
Pour ces filles, « l’association leur a fait un grand honneur » en choisissant leur établissement. Pour Mame Diarra Bousso Ndiaye qui a parlé en leur nom, « l’hygiène menstruelle doit être appréhendée autrement au sein des établissements scolaires ». Hormis les cours en économie familiale et en SVT, les filles qu’elles sont, « doivent faire face sans difficultés à cette problématique ».

Pour Mme Kébè Principale du CEM, « l’action de l’association dirigée par Ndèye Yandé Gningue « réconforte et honore » l’école qu’elle dirige et le choix parmi les 15 établissements scolaires de l’IEF de Keur Massar « est une preuve ». Elle a salué « l’importance de ce programme » qui est « un « prolongement » des cours dispensés aux élèves dans le domaine de la santé de la reproduction ». Cela se justifie dans la mesure où la Principale du CEM et ses collègues « jouent, dans la plus grande discrétion le rôle de mère et d’assistants sociaux » à l’endroit des filles.

Mme Kébè a profité de l’occasion pour souhaiter « bonne suite et beaucoup de réussite » à l’association sénégalaise de santé communautaire sur l’alerte et la prévention qui prévoit prochainement, de mener d’autres activités dans d’autres localités.

Leave A Reply

Your email address will not be published.