Informer juste notre devoir !!!

JUSTICE : CRI DE COEUR DE L’UNTJ.

0 17

Cette première rencontre de I’Union Nationale des Travailleurs de notre organisation syndicale. Nous comptons faire le point sur la situation qui prévaut dans le secteur de la justice, mais surtout dans le but d’éclairer internationale sur un certain nombre de questions inhérentes au l’opinion publique nationale et
fonctionnement, à la gestion du Ministère de la justice.

Nous Comptons par la même Occasion, réitérer les réCurrentes et léaitimes revendications des  travailleurs, dans un contexte de complaintes et de frustrations généralisées de plus en plus exaspérantes.

Ainsi, il sera question d’aborder entre autres aspects > Les lenteurs inexplicables quant à la délivrance du récépissé de reconnaissance de T’UNTJ par le ministre de lintérieur Antoine DIOME

– Les questions statutaires et indemnitaires qui ne trouvent touiours pas de réponse de la pat de l’autorité de tutelle.
– La gestion calamiteuse des fonds Communs des greffes que notre organisation syndicale n’a cessé
– L’indifférence de la chancellerie face auxX urgences et doléances des travailleurs de la justice; Ce aux w
que nous venons de décrier;l’indifférence de la chancellerie face aux urgences et doléances des travailleurs de la justice; En plus des manguements que nous préoccupations majeures qui nous nous interpellent quotiiennement, il importe de rappeler que depuis plus de deux création, I’U.N.T.J court toujours derrière son récépissé.

Pourtant procédure est bien encadrée. Elle obéit juste à un formalisme déclaration ainsi qu’en attestent les dispositions pertinentes de Convention N° 87 de l’OIT et de la 97 -17 du 09 Décembre 1997 portant code du travail au Sénégal. Mieux, I’autorité compétente, en l’occurrence le ministre de l’intérieur Antoine DIOME ne peut refuser l’enregistrement qui est un formalisme d’efficacité et non de validité!

Face aux lenteurs inexplicables et préjudiciables au libre exercice du droit syndical, U.NI.J joint sa voix Ux vives protestations des responsables d’organisations syndicales sénégalaises victimes des lenteurs et obstrucions constatées aU niveau du Ministère de I’intérieur.

Cette situation qui, longtemps bloque l’élan de nos activités, a incité le Secrétariat Exécuftif de l’U.N.T.J. à user de son droit d’annoncer légalement un préavis de grève le 20 mai 2022, pour recouvrer un droit éminemment constitutionnel. Sur le second axe, non moins important de notre communication, nous déciarons sans détours et sans ambages quUe les questions statutaires et indemnitaires sont nonobstant la signature du décret n° 2019-575 modifiant celui n° 2011-509 du 12.04.201 1 portant statut particulier du cadre des fonctionnaires de la justice, en terme clair, la moindre mesure n’a été prise par le gouvernement pour la mise en oeuvre de ses engagements restés en l’état depuis 2011.

Ce décret porteur d’espoir chez les travaileurs de la justice. car devant aboutir en substance, à la creation de nouveaux corps :

Administrateurs des greffes et Assistants des greffes et parquets, et voir le relèvement des hiérarchies des différents corps qui composent ce cadre. Ainsi, les Administrateurs des greffes (ADG) devraient passer à la hierarchie Al, les greffiers. A2 les Interprètes judiciaires et AGP. B2. Aujourd hui,
matérialiser. Certains administrateurs de greffes sont décédés sons l’opplicalion de ce décret, peine toujours à se matérialiser. Certains administrateurs de greffes sont décédés sans jouir de leur nouveau statut, d’autres sont admis à la retraite dans les mêmes circonstances.

Mais force est de constater, pour le regretter, le de ces dits fonds dysfonctionnements notés dans la gestion de ces dits fonds D’ailleurs, 1’U.N.T.J, a saisi dans ce sens les organes de contrôle de I’Etat, notamment l’OFNAC, d’une plainte pour dénoncer les irrégularités notées, en vue d’une gestion beaucoup plus efficiente conformément aux exigences de transparence et de bonne gouvernance dans la gestion des deniers publics de I’Etat.

Dans la foulée, l’U.N.T.J fustige l’absence de contrôle rigoureux des montants recouvrés, exige une comptabilité périodique pour la traçabilité des fonds et la publication de tous les légitimes plus
ayant-droits.

Et pour terminer, il nous a été donné de constater pour s’en offusquer, que la tutelle fait montre d’une indifférence totale face aux doléances des travailleurs de la justice et d’un mangue de considération notoire à l’égard de ces derniers. La dernière cérémnonie de remise de parchemins à la promotion sortante de Greffiers, en est une parfaite illustration. Rituel d’une importance Capitale pour les récipiendaires et leurs parents, au Cours duquel, le Ministre de tutelle, a brillé par son absence, pour des raisons moins évidentes.

L’U.N.T.J invite SE, le Président de la République Macky SALL, Clé de voute des institutions, à prendre à bras le Corps les revendications des travailleurs de la justice, au risque de plonger ce secteur dans une instabilité qui pourrait porter atteinte à sa crédibilité et à son mythe légendaire.

Au regard de toutes ces observations, il convient de rappeler que la justice est le dernier rempart contre I’arbitraire et I’injustice, et qu’elle a besoin d’être bien perçue de l’intérieur comme de L’extérieur pour le maintien de ses plateaux en équilibre.

ASSANE DIOP

Leave A Reply

Your email address will not be published.