google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Grève SAID: la DGID adopte une stratégie qui a tué le phénomène dans l’œuf

0 110

Alors que beaucoup craignaient le pire et prédisaient un effondrement des recettes fiscales.
Ces inquiétudes étaient d’autant plus légitimes que le syndicat des agents des impôts a respectivement eu pour membres du bureau Ousmane Sonko, Waly Diouf Bodian, Bassirou Diomaye, Birame Soulèye Diop, Elimane Pouye, entre autres, et que la main du PASTEF n’est jamais loin des mots d’ordre de grève, selon de nombreux observateurs. D’ailleurs, le motif réel de la grève décrété pour les 15 et 16 juin 2023 est la libération de Bassirou Diomaye Faye, numéro deux du PASTEF, malgré les élucubrations de servies par ci et par là.

Il faut dire que le choix du 15 et 16 juin n’est pas fortuit. En effet, selon Senego qui cite une source anonyme, ces dates coïncidant avec l’échéance la plus importante pour l’année fiscale avec le paiement de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur le revenu, en plus des autres paiements d’impôt effectués tous les mois. « C’est dire que la cynique et manifeste volonté était de paralyser le système des finances publiques de l’Etat. Surprenant pour un syndicat d’une administration fiscale, si tant est que ses motivations restent la défenses des intérêts de ses membres et non un combat politique lâchement non assumé », renchérit cette source.

Malgré tout, leur plan a été intelligemment déjoué par la Direction générale qui a su prendre toutes les mesures pour assurer la continuité d’un service public de qualité auquel ont droit les citoyens et les usagers de l’administration fiscale, mais surtout assurer la collecte de toutes les recettes attendues par l’Etat.

Selon des informations glanées par Senego et très proches de la DGID (qui promettent de faire un bilan plus exhaustif après les deux jours de grève), si l’objectif était d’empêcher les déclarations et les paiements d’impôt, il est manifestement raté. Pour preuve, d’aprés Senego, cette source indique qu’à la fin de la journée d’aujourd’hui (Ndlr : 15 juin), près de 27.000 déclarations ont été reçues au titre des échéances de juin 2023, contre 22.723 sur la même échéance de juin 2022, soit une augmentation de près de 20%. Le nombre de contribuables ayant effectué des télédéclarations pour la seule journée du 15 juin 2023 est de 3.107, contre 1.342 en juin 2022. En ce qui concerne les paiements en caisse (donc hors paiements par virements bancaires), plus de 56 milliards FCFA ont été encaissés à la journée du 15 juin 2023, alors que tous les chiffres n’ont pas encore été consolidés.

De même, les paiements enregistrés ont considérablement augmenté. Comme exemple, il donne les recouvrements en matière d’impôt sur les bénéfices des entreprises pour lesquelles la DGID a recouvré jusqu’à ce jour plus de 245 milliards FCFA contre 168 milliards FCFA à la même période 2023.

Il faut dire que les téléprocédures mises en place depuis plusieurs années à la DGID ont grandement contribué à sécuriser les recettes de l’Etat et à rendre le système des finances publiques plus résilient et mieux à l’abri de pratiques syndicales aux desseins inavoués.

La même source a toutefois reconnu que le nombre d’opérations passées en caisse a été moins importants aujourd’hui. « Rien de grave ou de surprenant car les contribuables ont la plupart anticipé hier ou ont simplement déclaré et payé en ligne », poursuit cette source sous anonymat. Toutefois, il ajoute que les caisses ont fonctionné de façon continue jusqu’à 17 heures et que tous les contribuables qui se sont présentés ont pu faire leurs transactions normalement. Le même dispositif sera de mise, ce vendredi 16 juin 2023.

 

Senego

Leave A Reply

Your email address will not be published.