google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Grève de l’intersyndicale des travailleurs des collectivités territoriales : l’injonction du ministre face à la radicalisation des travailleurs

0 39

La longue grève des travailleurs des collectivités territoriales est loin de connaître son épilogue. Pire, le Ministre de tutelle semble faire dans l’injonction pour ne pas dire dans la menace. En ces termes, Balla Moussa Fofana, ministre de l’urbanisme, des collectivités territoriales et de l’aménagement dee territoires s’est adressé aux syndicalistes :

« J’attire votre attention sur la situation préoccupante qui prévaut dans les centres d’état civil, où les usagers sont confrontés à de nombreuses difficultés pour l’enregistrement ainsi que pour la délivrance de leurs actes d’ état civil ».

Ainsi, le ministre après avoir « constaté que la grève persistante de l’Intersyndicale des travailleurs des collectivités territoriales porte gravement atteinte à la continuité du service public dans les communes », demande à l’intersyndicale des travailleurs des collectivités territoriales « de mettre en œuvre toutes les dispositions appropriées afin d’instaurer un service minimum » dans les communes et « de garantir, nonobstant la grève, l’accès des citoyens au service d’état civil ».

La réponses des syndicalistes ne s’est pas fait attendre. En effet le chargé de la formation du syndicat unique des travailleurs des collectivités locales du Sénégal, Ngouda Sall a pris le contre pied des instructions du ministre.
Il fait savoir dans sa réponse que « les maires ne sont nullement pas les subalternes » du ministre. Il insiste sur le fait que « la libre administration des collectivités territoriales est consacrée par la constitution ».

À cet effet, le syndicaliste membre du SUTRACOL évoque l’article 102 de la constitution qui dispose : « les collectivités territoriales constituent le cadre institutionnel de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques. Elles s’administrent librement par des assemblées élues au suffrage universel direct ».

Selon le syndicaliste, la bonne mesure c’est de satisfaire les revendications légitimes des agents des collectivités territoriales qui, « depuis plus de deux ans subissent une injustice et un mépris flagrants des différents ministres qui se sont succédés à la tête du ministère des collectivités territoriales ».

 

 

Abdoulaye Diagne

Leave A Reply

Your email address will not be published.