google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

Boko Haram vs Etat islamique : au Nigeria, guerre entre jihadistes pour la suprématie

0 11

Les deux principaux groupes jihadistes au Nigeria s’affrontent ces dernières semaines dans des combats meurtriers d’une rare intensité pour la suprématie longtemps convoitée dans leur fief du nord-est, selon des sources de sécurité et des habitants.

Une insurrection jihadiste sévit depuis quatorze ans dans l’Etat du Borno, où les groupes Boko Haram et Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap) contrôlent des pans du territoire et multiplient les attaques, un défi de taille pour le nouveau président élu Bola Tinubu.

Rivaux de longue date, les deux groupes ont d’abord commencé à s’affronter en raison de différends idéologiques, l’Iswap -né en 2016 d’une scission au sein de Boko Haram- s’opposant aux meurtres de musulmans.

Cette rivalité s’est depuis transformée en guerre pour la suprématie autour et dans le bassin du lac Tchad, où chacun exerce son influence. Ces dernières semaines, les combats ont redoublé d’intensité, faisant des centaines de morts, notamment dans les villages de Gerere et Juma’a Toro, près de la frontière avec le Niger.

« On est au courant des combats qui se déroulent entre les terroristes, ce qui est une bonne chose pour nous, donc on observe et on garde un œil sur la façon dont cela se développe », explique à l’AFP une source dans le renseignement nigérian.

« Il est difficile de donner un bilan des deux côtés mais les chiffres sont énormes. On parle de plus de 200 morts, rien qu’à Juma’a Toro », poursuit cette source sous le couvert de l’anonymat.

Des pêcheurs sur les îlots du lac Tchad disent entendre des détonations et tirs nourris en provenance des villages de Gerere et Juma’a Toro.

« Les combats sont très intenses. On entend de grosses explosions (…), surtout la nuit », affirme l’un d’eux à l’AFP, Abubakar Alka.

« D’après les bribes (d’informations) que nous recevons, les combats pourraient durer un certain temps car Boko Haram apporte davantage d’armes depuis son enclave du côté nigérien du lac », ajoute M. Alka.

Marche ou crève

Le bassin du lac Tchad, qui étire ses rives entre le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad, est une vaste étendue d’eau, d’îlots et de marécages où Boko Haram et l’Iswap ont installé des repaires.

Les récents affrontements ont débuté le 19 février dernier quand des combattants de Boko Haram ont pris d’assaut des camps de l’Iswap à Tumbun Gini et Kayowa, selon un autre pêcheur au fait des activités des groupes jihadistes.

Abubakar Kannai, un haut commandant de Boko Haram aidé de deux de ses lieutenants, a lancé l’assaut sur deux îlots contrôlés par l’Iswap, s’introduisant dans une prison et libérant plusieurs détenus et otages, selon cette source.

« Les affrontements ont duré de l’aube jusqu’à 17h00 et ont forcé l’Iswap à abandonné les deux camps », déclare ce pêcheur qui a requis l’anonymat.

Les hommes de Boko Haram ont « promis de récupérer tous les îlots qui, selon eux, leur appartenaient avant d’être pris par l’Iswap », a-t-il dit.

En représailles, l’Iswap a lancé des attaques sur les camps de Boko Haram près de la forêt de Sambisa, repaire connu des jihadistes, tuant plusieurs personnes, selon Ibrahim Liman, un chef de milice locale.

Le 24 février, veille de l’élection présidentielle, des combattants de Boko Haram ont à leur tour pris la fuite, entraînant la reddition de centaines d’entre eux et de leurs familles, a déclaré M. Liman.

L’armée nigérienne a annoncé avoir tué la semaine dernière « une trentaine de terroristes » de Boko Haram et interpellé 960 autres personnes, dont des femmes et des enfants, ayant fui le Nigeria voisin.

L’Iswap est devenu le groupe dominant dans la région après avoir tué en mai 2021 le chef historique de Boko Haram, Abubakar Shekau. Par peur d’être exécutés, certains combattants de Boko Haram ont rejoint l’Iswap. Les autres se sont rendus ou ont pris la fuite.

Bola Tinubu, élu fin février président du pays le plus peuplé d’Afrique, a promis le recrutement massif de soldats et policiers. Mais les experts craignent que sans nouvelle stratégie et réforme des forces de sécurité, l' »impasse » dans le nord-est perdure.

Depuis le début de la rébellion de Boko Haram en 2009, le conflit a fait plus de 40.000 morts et deux millions de déplacés, selon l’ONU.

Leave A Reply

Your email address will not be published.