Informer juste notre devoir !!!

ALIOU CISSÉ ET LE TUNISIEN MONDHER KEBAIER, MÊME COMBAT

0 24
Les sélectionneurs du Sénégal, Aliou Cissé, et de la Tunisie, Mondher Kebaier, qualifiés pour les barrages de la Coupe du monde 2022 et la Coupe d’Afrique des nations, sont tous les deux invités à relever le niveau de leur équipe, pour faire taire les critiques dont ils sont l’objet.
Victorieuse de la Zambie, 3-1, lors de la 6e et dernière journée des éliminatoires du Mondial, l’équipe de la Tunisie ‘’a produit un jeu étonnamment séduisant’’.
‘’Ils (les Tunisiens) ont d’ailleurs marqué 3 buts en moins de trente minutes. Seifeddine Khaoui a particulièrement séduit, a été très inspiré et juste dans tout ce qu’il a entrepris. Les Aigles ont ainsi battu la Zambie et soulagé leur public’’, écrit le site d’information Sportnewsafrica.
A la fin de la rencontre, le technicien tunisien, qui a remplacé Alain Giresse, demi-finaliste de la CAN 2019, a reconnu que ‘’les fans des Aigles ne sont pas tendres avec les sélectionneurs locaux’’.
‘’Pour un entraîneur local, quand on travaille en Tunisie, le niveau d’exigence est très élevé’’, a déclaré Mondher Kebaier.
Sous la direction de ce technicien âgé de 51 ans, la Tunisie a connu, lors des éliminatoires, ‘’des hauts et des bas’’. Elle a perdu (0-1) devant la Guinée Equatoriale (5e journée), alors qu’un nul suffisait pour la qualification aux barrages.
Il a fallu attendre la dernière journée pour voir les Aigles de Carthage empocher leur billet dans une poule largement à leur portée, constituée, en plus du Nzalang Nacional, des Mourabitounes de la Mauritanie et des Chipolopolos de la Zambie, en phase de reconstruction.
A entendre le technicien tunisien, qui a été durant une vingtaine d’années sur le banc des plus grands clubs de son pays (Etoile sportive du Sahel et Espérance de Tunis), se plaindre des récriminations des fans et certainement des observateurs, on croirait écouter son homologue du Sénégal. Aliou Cissé s’est jeté à l’eau en mars 2015, après la déconvenue de la CAN de la même année.
Cissé n’est pas un technicien qui a blanchi sous le harnais, mais il est tout de même crédité d’une place de finaliste de la CAN 2019 et d’une qualification en Coupe du monde 2018. Malgré cela, le jeu proposé par l’ancien capitaine des Lions du Sénégal peine à séduire.
A la fin du match contre le Congo, 2-0, son adjoint Régis Bogaert a soutenu, comme pour s’en excuser, qu’en Afrique, le staff technique est souvent obligé de forcer les joueurs ‘’à verticaliser le jeu’’.
Une culture qui est aux antipodes de ce que beaucoup de joueurs de l’équipe du Sénégal font dans les clubs, avait ajouté le technicien français.
Avec des joueurs titulaires dans les plus grands clubs du monde, Edouard Mendy (Chelsea), Idrissa Gana Gueye (PSG, France), Sadio Mané (Liverpool, Angleterre) et un capitaine (Kalidou Koulibaly) considéré comme l’un des meilleurs défenseurs centraux, tous les observateurs du football national et mondial s’attendaient à ce que le Sénégal survole les débats.
Et après le match nul, 1-1, contre le Togo à Lomé, lors de la 5e journée des éliminatoires, les critiques, souvent locales, ont traversé les frontières. Et la sortie du chroniqueur de RMC (France), Walid Acherchour, a fait le tour de la toile et apporté de l’eau au moulin des contempteurs du technicien sénégalais.
‘’Quand tu regardes les matchs du Sénégal, tu es à deux doigts de t’endormir’’, a dit Acherchour en parlant des Lions qui, en plus des cadres, peuvent compter sur une escouade de joueurs de très haut niveau : le gardien Alfred Gomis (Rennes), Ismaïla Sarr (Watford), Abdou Diallo (PSG). Ils feraient le bonheur des plus grandes sélections africaines.
Après plus de six ans sur le banc des Lions, Aliou Cissé et – certainement, son homologue tunisien aussi – est condamné à jouer les premiers rôles à la CAN prévue du 9 janvier au 6 février 2022. Gouvernants, supporters et responsables fédéraux mettront sans aucun doute le curseur sur le trophée.
Ce sera la 3e phase finale de Cissé sur le banc. Sa première place au classement Fifa depuis trois ans fait monter les exigences du Sénégal, qui s’attend à une deuxième qualification d’affiléé au Mondial, avec son sélectionneur national actuel.
Leave A Reply

Your email address will not be published.