google.com, pub-8963965987249346, DIRECT, f08c47fec0942fa0
Informer juste notre devoir !!!

ROSS BETHIO-PRESIDENTIELLES 2024: QUELLE CHANCE POUR BENNO BOKK YAKAAR? – MACKY SALL ET SES LIEUTENANTS À L’HEURE DES MANOEUVRES

0 11

C’est un climat confus qui se répand au sein de la coalition BENNO BOKK YAKAAR, les défections persistent au sein du régime les démembrements de base risquent de subir les mêmes perturbations qu’au sommet. La démission d’idrissa SECK ne sera pas sans conséquence dans une grande partie des collectivités territoriales où les responsables locaux seront tenus d’observer la rupture pour préparer les élections présidentielles de 2024 auxquelles le parti REWMI a déjà déclaré sa candidature.

À Ross Bethio, cette nouvelle donne risque de réduire encore l’électorat de la coalition présidentielle qui lors des élections municipales et législatives a éprouvé d’énormes difficultés pour gagner de justesse.

La coalition Benno Bokk Yakaar (BBY) qui a remporté l’ensemble des 11 communes du département de Dagana lors des scrutins locaux et législatifs de 2022, se retrouve toujours coincé pour conforter ses victoires comme ce fut le cas du temps d’El hadj Amadou Becaye Diop.

Lors des élections municipales du 23 janvier 2022, Benno Bokk Yakaar, sous la direction de M. FALY SECK a subi la forte pression de la liste parallèle dirigée par l’ancien maire Madiop qui a perdu aux ultimes moments du scrutin avec la « remontada » sous le dictat du parti allié PLD/AND SUQALI, dirigé par Ndiaga FALL, avec un écart de 270 voix.

Une situation qui s’est empiré lors des élections législatives au profit de la coalition yewi askan wi qui n’avait pas de candidat à Ross Bethio mais était tout de même dirigé par Abdoulaye Wade membre du parti pastef les patriotes.

Il faut préciser que cette forte montée de Yaw est née du vote sanction subi par l’ancien maire Madiop Diop qui a rejoint la coalition Benno Bokk Yakaar et finalement sanctionné par une grande partie de ses souteneurs.

La forte implication du PDS avec une campagne acharnée effectuée par Ousmane goudiaby a également été déterminant pour ce succès de Yaw qui a raflé le plus grand centre de Ross Bethio jamais perdu par la coalition Benno Bokk Yakaar avant 2022.

Toutefois, la majorité présidentielle s’en est sorti victorieuse mais avec un pourcentage assez faible en comparaison avec les autres résultats du département de Dagana qui ont mieux grimpé dans des communes pilotes comme DAGANA, Richard toll, Diama ou encore RONKH.
Une situation qui perdure et qui risquerait de pousser les autorités nationales a déployé d’autres stratégies en favorisant certainement les tendances de base afin pouvoir réconcilier certains leaders avec les frustrés et la jeunesse, qui ont massivement voté contre.

Dans cette probable articulation, Pape Hamady Diallo, responsable Apr à Ross Bethio et cadre à la direction de l’agriculture serait déjà en avance dans cette logique.
A son actif, des activités marrons beiges, des accompagnements destinés aux femmes à travers l’organisation des GIE, une prise en charge des besoins de la jeunesse dans le cadre des activités sportives et autres activités liées aux loisirs ont d’avantage renforcé son leadership local.

Sa proximité avec les acteurs de l’élevage à travers des programmes de vaccination du cheptel reste un atout majeur dans sa politique de proximité et sa démarche d’inclusion sociale, véritable ligne tracée par le président Macky Sall.

Si des leçons devaient être tirées des résultats de ces deux précédentes elections, liées aux frustrations mais sur fond d’absence de véritables stratégies communautaires, elles ne l’ont donc pas été.

En vérité, les prémices de ces sanctions qui ont abouti à une liste parallèle lors du scrutin municipal auraient pu être observées avant même le démarrage de la campagne électorale des législatives qui s’est illustrée en demi-teinte.

La situation actuelle charge désormais à Macky Sall de resserrer les rangs et d’opérer les stratégies nécessaires pour redresser la barre à neuf mois des présidentielles de 2024.

Remobiliser les troupes et redistribuer les cartes, d’autant plus que l’opposition, renforcer par les résultats du scrutin législatif de juillet 2023, commence déjà à fourbir ses armes pour les présidentielles de février 2024 et entend bien couper l’herbe sous le pied de Macky Sall, qui laisse planer le doute sur un éventuel troisième mandat.
« Nous travaillons à la consolidation de nos acquis électoraux pour le prochain scrutin », affirme un responsable de l’opposition.

A cet effet, C’est la survie de l’APR et ses alliés qui est en jeu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.