Informer juste notre devoir !!!

Adji Sarr reprend « service »

0 15

Le mois de mars de l’an dernier avait été marqué par une affaire de mœurs qui avait embrasé le Sénégal, notamment Dakar la capitale.

Cette affaire qui avait opposé le leader du Parti Pastef/Les Patriotes et une masseuse du nom de Adji Sarr fait encore parler d’elle. L’affaire risque à nouveau d’occuper les devants de l’actualité alors que son procès, suite à la plainte de la dame, n’est même pas à l’ordre du jour.

C’est la masseuse elle-même qui a choisi de briser le silence en accordant une interview à des médias français, notamment Rfi. Dans l’entretien, la jeune femme avoue « ne rien savoir de l’évolution du dossier judiciaire ». Elle dit « attendre la justice » à qui elle n’a jusqu’ici reçu aucune réponse de sa part depuis plus d’un an maintenant.

« C’est comme si la justice a peur du gars », (Ousmane Sonko) semble être le leitmotiv de Adji Sarr.
Elle affirme, qu’au début des « viols » qui sont à l’origine de sa plainte, ne penser avoir « aucune chance » devant Ousmane Sonko à la justice. C’est, selon elle, ce qui avait retardé sa saisine…

Au début de cette affaire qui a révélé Adji Sarr au public, la jeune dame fait savoir qu’elle avait « souvent peur » des violences nées de la médiatisation de l’affaire qui l’opposait à l’actuel maire de Ziguinchor. Ce qui faisait qu’elle « ne sort plus » jusqu’à présent par peur aussi d’être reconnue…

Un an après cette affaire, Adji Sarr dit vivre avec sa grande sœur et une de ses tentes. Elles sont « assistées par une association » dont elle préfère taire l’identité. L’ex employée de Sweet Beauté affirme même que pour sa sécurité, elle est obligée de déménager « souvent ».

Pour dormir, Adji Sarr dit « prendre des médicaments ». Et même quand elle s’enlace avec le sommeil, la peur l’habite. Elle craint d’être « attaquée ». Dans l’entretien, Adji Sarr jette un pavé dans la marre de la justice. Pour elle, celle-ci « fonctionne à double vitesses ». La plaignante affirme vouloir quitter le pays pour y revenir « en force afin de pouvoir régler beaucoup de choses ».

Le jour où Adji Sarr est au courant que celui qu’il qualifie comme son bourreau est élu maire de la commune de Ziguinchor, elle dit ne pas « dormir cette nuit ». Pour elle c’est « incroyable » Comment une personne accusée de viol puisse avoir une progression politique fulgurante, s’interroge Adji Sarr. Elle avance que Ousmane Sonko « a profité de cette affaire qu’il a transformée en dossier politique ».

Le « pouvoir » de Ousmane Sonko, fait aussi « peur » à Adji Sarr qui n’attend que « du soutien » pour l’organisation d’un procès afin qu’elle puisse retrouver sa vie d’avant ». Elle dit en avoir « grandement » besoin.

Souce: Capvertinfos.sn

Leave A Reply

Your email address will not be published.