Le débat autour de l’affaire dite du présumé détournement de 94 milliards, est loin de connaitre son épilogue. Après la sortie du journaliste Madiambal Diagne «accusant» Ousmane Sonko, «sur des faits précis», le parti Pastef riposte. En effet, en lieu et place de Ousmane Sonko qui devait faire face à la presse ce mercredi, ce sont ses lieutenants qui ont animé la conférence de presse. Ce, pour «dévoiler toutes les pièces à conviction» de ce qu’ils qualifient comme étant la «prédation du siècle».

Face à la presse, en présence de Me Abdoulaye Tall et de Me Amadou Sow, commis par le candidat à la présidentielle, les soutiens de Sonko se disent déterminés à « éclairer la lanterne des Sénégalais ».

D’emblée, Bassirou Diomaye Faye de préciser que cette affaire portant sur le titre foncier numéro 1451R de 250 hectares appartient à la famille Ndiaga Ndoye et consorts de Rufisque. Le coordonnateur national des cadres de Pastef révèle qu’il s’agit d’«un groupuscule d’hommes d’affaires, de cadres qui se sont servis de faux actes pour s’accaparer ses terres ».

«Jusqu’au moment où je vous parle, le principal indexé, le directeur des Domaines, Mamour Diallo, n’a jamais porté plainte. Ils ne saisiront pas la justice parce qu’ils ne veulent pas que les choses soient tirées au clair», dit-il. Et d’ajouter: «Si Sonko était dans la posture de Mamour Diallo, il ne participerait pas à la présidentielle ».

«Mercenaires interposés à la plume multirécidiviste »

Le responsable de Pastef se dit convaincu que les accusations portées à l’encontre de M. Diallo sont avérées. «Toutes nos accusations sont le fruit d’un long processus de 8 mois d’investigations. Une dénonciation a été même déposée, le 4 mai, auprès du procureur de la République et une autre, le 8 du même mois, sur la table de l’Ofnac, mais toujours rien », regrette-t-il. Non sans rappeler que l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, a été condamné pour 1,8 milliard francs CFA alors que dans cette affaire, il s’agit de 94 milliards francs CFA.

Les responsables du parti d’Ousmane Sonko ont, à cet effet, dénoncé l’attitude de ceux qu’ils considèrent comme des «mercenaires interposés à la plume multirécidiviste», faisant ainsi allusion à Madiambal Diagne qui, selon eux, a mis l’affaire au goût du jour. «Il a été envoyé pour ternir l’image d’un Sénégalais intègre», fustige Bassirou Diomaye Faye.

S’agissant, par ailleurs, de l’affaire de la société MERCALEX, il soutient qu’elle a été créée le 6 février 2017 devant notaire et appartient à Ousmane Ba. «Elle a connu un changement statutaire, le 25 juin 2018», précise M. Faye, les statuts en mains, informant que le cabinet Atlas, pour sa part, «a été créé le 3 novembre 2017, soit un an après sa radiation de la fonction publique».

          Salla Gueye-Seneweb News