Évoquant le titre NBA de 2016, acquis avec Cleveland après une remontée de 1-3 sur les Warriors, LeBron James s’est autoproclamé « meilleur joueur de tous les temps » dans le dernier épisode de sa série More than an Athlete, diffusée sur ESPN.

LeBron James n’a jamais caché s’être inspiré de Michael Jordan, la légende des Bulls, en l’honneur duquel il porte le n°23 et auquel il est systématiquement comparé depuis son arrivée en NBA il y a quinze ans. Rarement enclin à participer au petit jeu des comparaisons, le «King» a pourtant nourri le débat portant sur l’identité du GOAT (« greatest of all time »), dimanche dans le septième épisode de sa série More than an Athlete.

« Le titre de 2016 a fait de moi le plus grand joueur de tous les temps, c’est ce que j’ai ressenti, y déclare-t-il. C’est ce que j’ai pensé, une fois l’émotion passée : celle-là, elle fait de toi le plus grand. Tout le monde disait que les Warriors étaient la meilleure équipe de l’histoire. Et réussir à revenir contre eux, de cette manière (les Cavs étaient menés 3-1 en finale), c’était vraiment spécial. C’est probablement l’une des rares fois dans ma carrière où je me suis dit : là, j’ai fait quelque chose de grand. Je n’ai toujours pas vraiment eu le temps de me poser et d’y penser mais… c’était un sacré moment. »

Embedded video

LeBron is the , according to LeBron.

He explains why in the latest episode of “More Than An Athlete,” now available on E+: https://es.pn/2F0rgLC  8,920 2:48 AM – Dec 31, 2018 3,402 people are talking about this

En matière de palmarès, James a encore du retard sur Jordan (six titres NBA à trois, cinq trophées de MVP à quatre), mais le débat a été nourri par les derniers accomplissements de l’ailier, qui s’est lancé un nouveau défi cette saison en signant à Los Angeles. Cinquième meilleur marqueur de l’histoire (il devrait dépasser Jordan dans les prochaines semaines), James continue d’afficher une ligne statistique étourdissante (27,3 points, 8,3 rebonds, 7,1 passes) alors qu’il a fêté dimanche son 34e anniversaire. L’an passé, en play-offs, il compilait encore 34 points, 9,1 rebonds et 9 passes de moyenne, avant de se faire «sweeper» par les Warriors en finale (4-0).