Qui est Sophiane Hamli, figure du grand banditisme, tué près des Champs-Elysées ?

Qui est Sophiane Hamli, figure du grand banditisme, tué près des Champs-Elysées ?

Sophiane Hamli, 42 ans, a notamment été soupçonné par la police d’avoir organisé l’évasion de Ferrara à Fresnes en 2003. Ce qui n’a jamais été établi.

12 mars 2003. 4h15 du matin. En moins de 12 minutes, les miradors sont neutralisés, le mur d’enceinte franchi, le grillage du chemin de ronde aussi. Le détenu Antonio Ferrara, dit Nino, au mitard, se fait la belle de la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).

Sophiane Hamli y est-il pour quelque chose ? Les policiers l’ont suspecté, mais n’ont jamais pu l’établir avec certitude, et Sophiane Hamli n’a jamais été inquiété pour cela. Il est décédé ce week-end. Selon France-Inter, cet homme, lui aussi considéré comme une figure du grand banditisme entre 1990 et 2000, a succombé à ses blessures à l’hôpital où il avait été conduit après la fusillade de dimanche matin.

« Toto » ou « le chat »

A l’aube, dimanche, avenue Georges-V, près des Champs-Elysées, à Paris, alors qu’il se trouvait au volant d’une Smart et qu’il avait comme passager un homme connu pour braquage, Romain L., selon « Le Parisien« , les deux hommes ont été pris pour cible par deux tueurs à moto. Son passager, touché au thorax lors de ce probable règlements de comptes, a lui aussi été grièvement blessé. Qui était visé ? Pourquoi ?

Agé de 42 ans, Sophiane Hamli, surnommé « Toto » ou « le chat », selon « Le Point« , a été soupçonné par la police d’une série de vols à main armée et de braquages de fourgons blindés dans les années 1990 et 2000. Période à laquelle il était « situé en très bonne place dans les fichiers du grand banditisme », précise aussi l’hebdomadaire.

Quand l’avocat Philippe Dehapiot l’a défendu, « il a été condamné une fois par la cour d’assises des mineurs de Paris pour des vols à main armée, puis acquitté trois fois », livre-t-il seulement à « l’Obs ». S’il a été soupçonné d’avoir attaqué des fourgons blindés, il n’a jamais été condamné pour cela, insiste aussi le journaliste Frédéric Ploquin, spécialiste du grand banditisme*.

« Toujours passé à travers »

« Il a été soupçonné d’avoir participé à plusieurs attaques de fourgons blindés, dont quelques-unes retentissantes, les policiers en sont absolument convaincus, mais cela n’a pas été démontré », rappelle également Frédéric Ploquin à « l’Obs ». Ce qui fait dire au journaliste que Sophiane Hamli est à ses yeux « quelque part ‘meilleur’ que Redoine Faïd, dans la mesure où il est toujours passé à travers ».

En 2012, Sophiane Hamli avait notamment été acquitté par la cour d’assises de Paris pour l’attaque d’un fourgon blindé de la Brink’s commis en mai 2002 à Emerainville, en Seine-et-Marne. Deux hommes de l’entourage d’Antonio Ferrara avaient, eux, été condamnés.

Toujours selon « Le Point », Sophiane Hamli était originaire de la cité de l’Etoile à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Il était aussi le gendre d’un ancien braqueur : Youssef Khimoun, membre du « gang d’Aubervilliers » qui, en novembre 1986, avait fait la une de la presse nippone pour avoir attaqué un fourgon blindé en plein Tokyo. « Ce n’était pas le but de leur voyage », précise aussi en parallèle Frédéric Ploquin, rappelant qu’ils étaient, à la base, « partis revendre un tableau de Claude Monet volé au musée Marmottan ».

9 ans de cavale

Après une très longue cavale de neuf ans, Sophiane Hamli avait été arrêté à Groslay (Val-d’Oise) en mai 2004. « Il avait un projet de film sur l’histoire de son beau-père. […] Ce n’est pas un violent. Il faisait l’unanimité autour de lui », a aussi confié au « Point » une de ses connaissances. En 2005, dans son livre « Parrains et Caïds » qui dresse le portrait des voyous de l’époque, Frédéric Ploquin évoquait aussi Sophiane Hamli. « Je dis à l’époque que, selon moi, trois figures émergent du banditisme des cités : Antonio Ferrara, Redoine Faïd, et Sophiane Hamli. »

* Frédéric Ploquin a publié en septembre « La peur a changé de camp. Les confessions incroyables des flics », aux éditions Albin Michel.

C. R. 

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *