Deux jours. Pas mieux. Selon nos calculs, c’est la durée, entre mi-juin et début août, qu’a passé Nasser Al-Khelaïfi, dit « NAK », dans son immense bureau de président qatari du Paris-Saint-Germain (PSG). Pour compter jusqu’à deux, on s’est fait aider du directeur de la communication du club et homme de confiance de NAK, Jean-Martial Ribes, avec qui on a aussi essayé de le géolocaliser. Ribes nous a fait une réponse de patron d’agence de voyages : « Là, il est en Europe. Mais je ne peux pas vous dire où. Il a quitté Doha, la capitale du Qatar, où il fait très chaud l’été. Il peut se trouver à Londres. Ou ailleurs. » Mais il peut aussi être à Hollywood. Le groupe qatari BeIN Media a racheté la société de production Miramax il y a trois ans, aux frères Weinstein, pour 500 millions d’euros. « Il a passé du temps à Los Angeles pour comprendre le monde du cinéma. NAK, il prend l’avion comme nous on prend le taxi. »

Pourtant, en théorie, c’est dans le bureau du président que se joue le sort du club le plus ambitieux de la galaxie. C’est d’autant plus curieux, ce bureau vide, qu’en ce moment, au PSG, comme dans tous les autres clubs de la planète, c’est la grande effervescence des transferts… Celle du carnet de chèque, des coups de bluff et des négociations à trois bandes. En clair, c’est le moment des présidents. Sans compter que, au PSG, il y a le dossier Neymar en suspens, l’attaquant star brésilien, et probable héros du grand feuilleton de l’été. Partira ? Partira pas ? Le PSG laissera-t-il filer son chef-d’œuvre sportif et sa mine d’or marketing ? Le FC Barcelone est déjà sur les rangs.

Stratégie de la rareté

Sur tous ces sujets brûlants, on aurait aimé interroger Nasser Al-Khelaïfi, mais il persistait à briller par son absence. Peut-être était-il en Chine, avec l’équipe qui y joue son premier match officiel de la nouvelle saison, contre Rennes, pour le Trophée des champions (le 3 août) ; même Neymar y était. « Non, il ne fait jamais les tournées. »NAK est même tellement jamais là qu’on se demande comment il fait pour être président du PSG. Comme on tenait vraiment à le croiser, on s’est rendu au siège du club, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), tout près de Paris. Le siège s’appelle la Factory, mais il ne doit rien à Andy Warhol.