HAUTE COUTURE : RONALD VAN DER KEMP ENVOIE DE LA VAMP

à People Par

Le couturier néerlandais a ouvert ce dimanche matin les défilés automne-hiver 2018-2019. Mot d’ordre : sexy, théâtral, ludique.

Les Fashion Weeks se succèdent à un tel rythme qu’on en ferait presque un syndrome de Stendhal, ce malaise à base de palpitations et de vertiges liés à l’observation de trop d’œuvres d’art (il porte le nom de l’écrivain qui en a fait la description après un voyage à Florence). Heureusement, en se rendant à un défilé de Ronald van der Kemp, on sait qu’on ne se prendra pas une avalanche de fanfreluches pleine face. Le designer néerlandais indépendant fait les choses à petite échelle et ne cherche pas le K.O. mais le plaisir : ses vêtements sont spectaculaires en même temps qu’évidents et joyeux.

Van der Kemp se veut un vecteur de la force des femmes et ne s’en tient pas à des déclarations d’intention : diva à chignon bien serré en robe bustier en cuir jaune canari, romantique à chevelure gaufrée en robe longue de mousseline rose, hip-hopeuse à casquette de pêcheur à grands rabats et grosses baskets, desperate wife en robe longue émeraude et brushing très années 60, statue black en manteau-peignoir orange, ses 37 silhouettes sont autant de vamps qui se la pètent avec humour, grands gestes et poses théâtrales. Des triomphantes qui arpentent la vie sans hésiter, en grandes bottes dorées ou argentées et sur fond d’opéra.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*