Demande en mariage sur un pont à Paris : vrai buzz pour un faux couple

à Isolite/Société Par

La photo d’un couple, visiblement en pleine demande en mariage au sommet d’un pont parisien, a été massivement relayée samedi sur Twitter. Sauf que cette scène, spectaculaire, a été habilement mise en scène par des professionnels de la photographie et de l’exploration urbaine.

C’est l’histoire d’un tweet qui a transformé deux amis photographes en un couple emblématique. Samedi soir, sur les coups de 22h20, Charles Aslangul, élu municipal de Bry-sur-Marne, fête l’anniversaire d’un membre de sa famille sur une péniche : « On a entendu des hurlements et des applaudissements venant des quais, et mon frère m’a fait remarquer qu’il y avait une demande en mariage sur le pont. Alors on s’est nous aussi mis à les féliciter, les applaudir, les prendre en photo. »

Le tweet, retweeté 18 000 fois et vu plus d’un million de fois, a longtemps fait croire aux Parisiens attendris qu’ils étaient les témoins d’une romantique, spectaculaire et authentique demande en mariage. Sauf que derrière ce genou à terre se cachent trois instagrammeurs : une photographe, Aurore Alifanti (@aurore_alifanti) et deux explorateurs urbains rompus à ce genre de performances, Athina (@athinaperroux) et Frédéric (@freed_o_gram).

Une demande plus vraie que nature

« Avec Athina et Frédéric, on s’est rencontré sur Instagram, explique Aurore Alifanti. J’avais cette idée de demande en mariage en tête, et quand je les ai vus tous les deux sur le pont, l’idée m’est revenue. » Postée plus loin sur les quais avec son appareil et un téléobjectif, Aurore observe la scène et communique avec les tourtereaux d’un soir par téléphone. « Au début, je suis montée seule sur la passerelle pour une photo complètement différente, raconte Athina. Frédéric m’a suivie, pour prendre la photo d’un autre angle. A ce moment-là, Aurore m’a dit : J’ai une idée, demande-lui de se mettre à genoux,et on a fait cette demande en mariage»

Sur le moment, tout le monde croit à une authentique demande. « Il y a un effet mimétique : on a vu les gens applaudir, on ne s’est même pas posé la question de savoir si c’était une vraie demande ou pas », explique Charles Aslangul. « Ça ne m’a pas paru plus saugrenu que ça comme idée, poursuit Athina. On voulait raconter une histoire, faire passer un beau message et avec la tour Eiffel derrière, on s’est dit que ça pourrait vraiment montrer la beauté de Paris ». « Quand les touristes nous ont applaudis, j’ai eu un petit moment d’émotion, poursuit Frédéric. Même si c’était faux, c’était un moment fort qu’on a partagé avec les gens. »

Une fausse demande mais une vraie performance

« On voulait faire ressortir le côté ville de l’amour de Paris »explique Aurore, qui a pu compter sur deux modèles qui savaient exactement ce qu’ils faisaient. « Les rues de Paris peuvent être très oppressantes, alors j’ai commencé à monter sur les toits pour m’éloigner de tout ça »raconte Athina, qui s’est aventurée jusqu’aux Etats-Unis pour grimper sur des immeubles. « Je n’aurais jamais demandé ça à des personnes qui n’ont pas l’habitude », rassure Aurore.

Partagé massivement, le tweet a rapidement atteint les trois protagonistes de cette photo, qui ont pu rétablir la vérité sur ce cliché. « On n’était pas du tout dans l’idée de tromper la foule, on voulait juste faire notre photo et montrer le côté magique de Paris », explique Frédéric. « C’est intéressant de voir que trois personnes qui ont trois visions très différentes peuvent créer quelque chose de nouveau, et la répercussion que peut avoir un acte artistique », se réjouit Athina. Et Frédéric de conclure : « Au final, c’est presque dommage que la vérité se sache, parce que la photo fait rêver. »

-

La photo en question, prise sur la passerelle Debilly, dans le 7e arrondissement de Paris/Aurore Alifanti

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*