Bénin : Exprimer une voix discordante, désormais un délit ? Par Réckya MADOUGOU

Bénin : Exprimer une voix discordante, désormais un délit ? Par Réckya MADOUGOU

L’ancienne ministre de Boni Yayi, Reckya Madougou, réagit à la condamnation du porte-parole de « L’Initiative de Nikki » à 12 mois ferme à une amende  de 3 millions de francs CFA.

« Celui qui laisse commettre une injustice ouvre la voie à d’autres injustices ».

Mes chers amis,

Exprimer le malaise d’une région et faire remonter les souffrances d’une population aux autorités de son pays ne peuvent constituer un délit au point de conduire son auteur à la prison. C’est un précédent grave, une atteinte sans commune mesure à la liberté d’expression.

Dans ce même Bénin, sous l’ancien régime, nous avons tous entendu mes amis Joseph Djogbenou, Oswald Homeky, Orden Alladatin et bien d’autres tenir des propos graves et tendancieux, dans le même registre que l’opinion exprimée par notre frère Sabi, sans jamais être inquiétés. Et d’ailleurs quiconque les aurait inquiétés, en son temps, nous aurait tous trouvé sur son chemin. Sachons donc raison garder.

Devons-nous observer le silence, faire oeuvre de lâcheté et détaler comme de petits lapins face à la condamnation prononcée ce 2 octobre 2018 par le tribunal de première instance de Cotonou contre Sabi Sira KOROGONÉ dont le seul péché aura été de s’être exprimé d’une voix discordante? Non.

En présence d’une menace aussi grave sur notre héritage démocratique, je ne peux faire économie de mon émoi. J’élève ma voix contre cette tentative de réduire les jeunes au musellement et de les contraindre à se résigner et à vivre leur chômage, leur misère et leur dénuement social en silence.

Merci à tous ceux qui ont pu soutenir Sabi, au Commisariat, au tribunal et qui comme moi vont continuer de le soutenir moralement jusqu’à ce que sa liberté due lui soit rendue.

Soutenir Sabi Korogoné c’est défendre la liberté d’expression. Soutenir Sabi Korogoné c’est aussi et surtout permettre à ces millions de jeunes d’exprimer leur mal-être.

Restons debout !

Par Réckya MADOUGOU

About The Author

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *